gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

Rechercher

Derniers articles parus

1945 : le Comité National de rentrée

 

Réunion des responsables régionaux, il fait le point et parle d'avenir…

 

En mars 1945, le « Comité National » – réunion de l’ensemble des responsables régionaux alors dénommés « Commissaires de province » – est convoqué pour une réflexion collective sur l’orientation du Mouvement. La date est importante, car elle se situe deux mois avant la fin réelle de la guerre avec l’Allemagne, dans des circonstances où, environ six mois après la Libération, le pays est loin d’avoir retrouvé ses repères. Deux interventions vont en évoquer les problèmes et proposer des orientations d’action.


Roland Ricordeau, régional de Normandie, évoque la « mentalité actuelle des jeunes garçons » à partir d’un constat des événements vécus pendant la guerre et depuis la Libération. Il en déduit un ensemble de « propositions » insistant sur l’aventure, la nature, la patrouille… B.P., mais aussi la démocratie et l’esprit de service.


Jean Huneau, venu du Lyonnais, évoque, lui, le « malaise général » des responsables qui ont « l’impression que la France d’aujourd’hui est un pays rabougri dont le cœur ne bat plus au rythme du monde moderne ». Il en tire des conclusions pour le recrutement des cheftaines et des chefs en « faisant nous-mêmes de grandes choses » avec deux objectifs : à la fois « le retour à une vie plus simple (camp, nature) », mais aussi « l’adaptation au siècle actuel ». Il insiste également sur la nécessité d’une formation efficace pour que les responsables puissent jouer efficacement leur rôle.


Au total ces deux interventions, qui ont certainement été un peu discutées à l’occasion de ce Comité National de rentrée 1945, définissent des objectifs et ouvrent des pistes : le Mouvement de cet après-guerre ne pourra plus être le même, il doit se donner les moyens d’une réflexion en vue d’une réelle adaptation à cette société qui pose de nombreux problèmes, en particulier à ses jeunes. Le texte suivant, signé d’Eugène Arnaud, Commissaire National,  confirme ces objectifs et cette volonté.