gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

1964 : un bon résumé de l’histoire de la F.F.E.

 

… vue sous l'angle « administratif »

 

 

Denise Zwilling, présidente de l'association des anciennes F.F.E., nous transmet le document suivant :

 

Fédération Française des Éclaireuses (F.F.E.) – Repères administratifs

 

 

Création de « La Fédération française des éclaireuses » au Congrès d’Épinal, 25 juillet 1921. Déclaration parue au JO du 11 décembre 1921, sous le n° 160.731

 

Fondation de l’association de soutien « les Amis des Éclaireuses » le 19 avril 1934.

Agrément du Ministère de l’Éducation Nationale du 12 avril 1945.

La FFE a été Reconnue d’Utilité Publique (RUP), par décret du 13 août 1947, parution au JO du 19 août 1947.

La FFE a constitué, avec les Guides de France, le Conseil National du Scoutisme Féminin Français.

 

La FFE est un des cinq mouvements signataires de la Charte de l’Oradou, à Clermont-Ferrand, le 25 septembre 1940 et est association constituante du Scoutisme Français.

 

[Le 1er octobre 1940, le BIF (Bureau Interfédéral du Scoutisme Français) fonde le Scoutisme Français, et le dépôt des statuts de la Fédération « Le Scoutisme Français » est effectué le 24 décembre 1940, sous le n° 871, à la sous-préfecture de La Palisse (Allier). Le Scoutisme Français est le premier mouvement de jeunesse agréé par le Secrétariat National de la Jeunesse, le 24 juillet 1941].

  • Les Éclaireurs de France (EDF) se sont dissous le 1er mars 1964 et ont créé, avec l’association des « Éclaireurs Français », « l’Association des Éclaireuses et Éclaireurs de France » (EEdF).
  • Le départ des sections N et I de la FFE a été voté à l’Assemblée générale extraordinaire qui a suivi immédiatement l’assemblée générale ordinaire du 26 avril 1964, au lycée Michelet à Paris. [Les débats ont été publiés dans Le Trèfle de mai-juin 1964.]

  • La section Neutre de la FFE, par vote de ce 26 avril 1964, adhère à l’association des EEdF. Cette adhésion devait prendre effet au 15 septembre suivant, date à laquelle la section Neutre quitte effectivement le siège de la FFE.
  • La section Israélite de la F.F.E., à cette même date du 15 septembre 1964, quittera également la F.F.E. et rejoindra les Éclaireurs Israélites de France (E.I.F.) association à laquelle elle appartenait déjà ; ils créeront  ensemble les Éclaireuses et Éclaireurs Israélites de France (E.E.I.F.).
  • La section Unioniste reste seule à la F.F.E., ce qui implique une modification des statuts et un changement de dénomination. La F.F.E. prend alors le nom de Fédération Française des Éclaireuses Unionistes (F.F.E.U.), association RUP.

 

Les biens de la F.F.E. ont été répartis entre les trois sections, au prorata des effectifs. Les Prés sont attribués aux E.E.D.F. ; la rue Ampère à la F.F.E.U.. À l’assemblée générale de la F.F.E. de 1966, la vente de la rue Ampère sera votée, ainsi que l’achat de l’immeuble du 211 bis rue de la Croix-Nivert, où la F.F.E.U. déplacera son siège social en mai 1967 et emménagera en novembre suivant. Le bail pour La Répara expire le 31 décembre 1967. Les E.E.D.F. reprennent pour un temps l’utilisation des Courmettes.

 

À l’assemblée générale de la FFEU, à Dijon le 18 janvier 1970, a été votée la fusion de la F.F.E.U. avec les Éclaireurs Unionistes de France (E.U.F.) pour former la F.E.E.U.F..

 

Administrativement, le Mouvement des Éclaireurs Unionistes est dissous, et son actif passe à la F.E.E.U.F., sa RUP est abrogée. La F.F.E.U. absorbe les unités des Éclaireurs Unionistes de France, change d’intitulé et devient la Fédération des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (F.E.E.U.F.). Son siège est transféré à Clichy, siège des ex-E.U.F.

 

Par décret en date du 2 octobre 1970, les modifications apportées à ses statuts par l’association reconnue d’utilité publique dite Fédération Française de Éclaireuses Unionistes, dont le siège est transféré à Clichy, et s’intitulera désormais Fédération des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (F.E.E.U.F.), ont été approuvées. Décret paru au journal officiel du 9 octobre 1970, en page 9366.

 

[Les E.U.F. avaient été déclarés le 7 janvier 1919, parution au JO du 9 janvier, n° 158096. L’Association est RUP le 27 avril 1930 (SAG n° 13238), agréée par l’Éducation Nationale. Médaille vermeille de la Reconnaissance Française, JO du 14 janvier 1921, page 754. La RUP sera abrogée le 2 octobre 1970, à la dissolution du mouvement des E.U.F..]

 

La F.E.E.U.F. deviendra les Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France (E.E.U.F.) en 1994. Simple changement de dénomination imposée par les pouvoirs publics.

Denise Zwilling

 

 

La F.F.E. a été partie prenante dans un grand nombre de structures. En voici quelques-unes.

 

- Association Amiral de Coligny (Les Courmettes)

- Association mondiale des Guides et des Éclaireuses (AMGE/WAGGGS)

- Bureau Inter-Fédéral du Scoutisme français (BIF)

- Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Éducation Active (CEMEA)

- Clubs Léo Lagrange

- Comité d’entente des grandes associations internationales

- Comité Inter Mouvement auprès des évacués (CIMADE)

- Commission jeunesse de l’UNESCO

- Commission pour la dignité de la presse féminine

- Conseil Supérieur de l’Éducation Nationale

- Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ)

- Foyer d’accueil international de Berck

- Foyer d’accueil international La Nef

- Francs et Franches Camarades (Les Francas)

- Institut international de coopération intellectuelle

- Peuple et culture (PeC)

- Scoutisme Français (SF)

- Unions chrétiennes de jeunes filles (UCJF)

- Union française des Œuvres de Vacances Laïques (UFOVAL)

- Union nationale des camps de montagne (UNCM)

- Union nationale des Centres sportifs de plein air (UCPA)

- Union nautique française (UNF)

 

 

Petit complément à propos de la création des E.E.D.F. :

 

Une tentative de rapprochement entre la section neutre de la F.F.E. et les E.D.F. dans les années 50, un certain nombre d'unités F.F.E. N avaient rejoint dès cette époque les E.D.F. qui étaient donc devenus un « Mouvement de coéducation des filles et des garçons ». D'après certains sites Internet, il semble que, lors de la dissolution de la F.F.E. en 1964, quelques unités F.F.E. N aient refusé de rejoindre les E.E.D.F. et aient contribué à créer une branche féminine des Éclaireurs Neutres de France, association dissidente des E.D.F. depuis 1947, non membre du Scoutisme Français. L'essentiel de ces unités, et la totalité de l'équipe nationale, ont rejoint le nouveau Mouvement.

 

Commentaire de Denise Zwilling à ce propos :

 

On ne peut pas, à proprement parler, parler de la dissolution de la FFE. Peut-être « séparation des sections » serait plus exact. La FFE n'a jamais été dissoute, elle a simplement changé trois fois de dénomination : de FFE à FFEU ; de FFEU à FEEUF ; de FEEUF à EEUdF. C'est ce que j'ai essayé d'expliquer dans ce petit texte. C'est successivement les EdF en 1964, puis le « Mouvement des EUF » en 1970, qui ont été dissous pour créer de nouveaux mouvements.


Je suis preneuse, naturellement, de toutes observations visant à rétablir ou préciser l'histoire.
J'ai certainement moi-même parlé de la dissolution de la FFE, avant d'avoir fait cette recherche !
À part ça, ce que tu ajoutes me semble exact.