gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

1950 : le scoutisme d'extension

Index de l'article
1950 : le scoutisme d'extension
Un soir inhabituel
La véridique histoire...
Pour les déficients auditifs
Toutes les pages

 

Sous l’impulsion d’Érable Lévy-Danon, assistée de Pierre Morand et d’une équipe nationale motivée, la «branche» Extension s’est fixé pour objectif d’adapter le scoutisme E.D.F. aux handicapés de toutes natures (sensoriels, physiques, mentaux) sans les couper du reste du Mouvement, en définissant et en pratiquant - "comme les autres" - une méthode tenant compte de la réalité des situations.

Cette méthode, ses objectifs et ses applications ont été présentés, pendant plusieurs années, aux «professionnels» du secteur de l’enfance handicapée – enseignants, éducateurs, accompagnateurs de toutes natures – à travers des stages d’information qui ont permis la création d‘un certain nombre d’unités dans divers domaines.


Mais se posait alors un problème de financement d‘activités qui, en général, s’avéraient plus coûteuses que les activités «habituelles». C’est la raison pour laquelle l’équipe nationale Extension a organisé chaque année, un peu avant Noël, une «vente Extension», dans les locaux du 66 Chaussée d’Antin qui, pour l’occasion, étaient complètement déménagés et adaptés à leur nouvelle fonction.

Par ailleurs, Érable, avec l’aide efficace de Danièle Delorme et Yves Robert qui, sur la suggestion de Pierre Morand, s’intéressaient au groupe d’amis de la troupe de l’hôpital de Garches, organisait également chaque année un «Soir Inhabituel» qui faisait appel à de nombreuses bonnes volontés… et rapportait beaucoup d’argent car l’élaboration en était totalement bénévole.

En décembre 1954, cette soirée se déroulait au cabaret des Ambassadeurs et le programme en contenait un disque enregistré pour l’occasion par Danièle Delorme. Il était illustré, en dernière page, par une photo d’éclaireur polio de la troupe de Garches animée par Yvon Bastide. Cette photo a beaucoup servi !)


(Document communiqué par Catherine et Yvon Bastide)