gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

Rechercher

Derniers articles parus

1948 : la coéducation à la branche Louveteaux

Index de l'article
1948 : la coéducation à la branche Louveteaux
Le contexte
L'élargissement
Une nouvelle méthode...
Les modalités
Conclusion...
Toutes les pages

 

Contribution d’Andrée Mazeran-Barniaudy, ancienne responsable nationale branche Louveteaux


Le texte qui suit, très complet, décrit une évolution intéressante : Andrée, responsable en province, a mené une expérience de mise en place de la coéducation dans sa meute de louveteaux, en réponse à un besoin constaté. Expérience qui, comme quelques autres, a été considérée comme suffisamment réussie pour permettre une extension progressive et une réflexion au niveau de l’ensemble du Mouvement lorsqu’Andrée a été amenée, sur la demande de Pierre François, alors Commissaire général, à prendre la responsabilité de la branche au plan national.


Ce document est intéressant sur plusieurs points :

– il décrit le contexte « social » de l’époque, en liaison avec le milieu familial d’Andrée ;

– il fait apparaître les difficultés d’ordre culturel d’une telle évolution, aussi bien pour les autres responsables que pour certains enfants ;

– il met en évidence le rôle de l’équipe nationale de branche, en charge de cette évolution et de son passage à l’acte, en particulier avec un certain nombre de précautions nécessaires pour franchir les obstacles identifiés.


Nous nous permettons d’ajouter un élément supplémentaire : dans les mises en cause qu’a connues le Mouvement dans les années d’après-guerre, il a été prétendu, de la part de certains dissidents, que ses évolutions avaient été le fait de quelques « enseignants mis à disposition n’ayant jamais fait de scoutisme ». L’exemple d'Andrée est significatif de ce point de vue : c’est en tant que cheftaine de louveteaux, et à partir de son expérience, qu’elle a mené cette action, et elle n’est devenue permanente qu’ensuite. De même que Jean Estève, pour les résolutions d’Angoulême, ou Pierre Buisson, René Tulpin ou Claude Deru, pour la branche aînée…