gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme LaĂŻque

Les groupes de Fontainebleau et Dammarie les Lys nous offrent un reportage

 

… sur le procès de la liberté d’expression organisé en janvier 2015.

 

Cette activité a été présentée dans nos « actualités », à partir d’un article paru sur le « blog des Éclés » à la suite des attentats de janvier 2015. La responsable de groupe nous a transmis par la suite un article, écrit pour la revue « L’équipée », et quelques illustrations, photos prises par un professionnel, Patrice Heim, qui en a fait cadeau au groupe.


Il nous a semblé intéressant de placer ce témoignage dans cette rubrique dont le but est de présenter, chaque fois que possible, les activités actuelles des unités de notre Mouvement. Merci à Sylvie Bachelet, responsable du groupe, de nous avoir passé ces documents, et à Aude Aprahamian de nous autoriser à les publier.

 

Un procès pour la liberté d'expression

 

Suite aux attentats de début janvier, les groupes de Fontainebleau et de Dammarie les Lys ont monté toute l’animation de leur sortie du 11 janvier autour des événements de Charlie Hebdo.

 

Malgré le faible temps de préparation, pour les éclés et les aînés, il nous semblait évident qu’il ne suffisait pas de faire un « dessin pour Charlie ». Nous leur avons proposé de préparer le Procès de la Liberté d’Expression et nous avons discuté avec eux afin qu’ils soient convaincus que la mise en scène ainsi que l’ensemble des acteurs devaient aider à convaincre les lutins et les louveteaux pour qu’ils acquittent la Liberté d’Expression.

 

Nous avons transformé le local en salle d’audience, habillé un mannequin de blanc pour qu’il symbolise notre accusée, préparé le bureau du Juge et trouvé des éléments de costumes pour les témoins et les avocats. Nous avons préparé un réquisitoire pour le Juge, expliquant que la Liberté d’expression était accusée de troubles à l’ordre public.

 

Nous avons choisi quatre témoins à charge. Ceux-ci ont expliqué qu’ils n’aimaient pas du tout que l’on puisse rire d’eux et que c’était de la moquerie inadmissible. Les témoins étaient un religieux fanatique, un joueur de foot, un amateur de soldes et un geek, scotché sur son téléphone. Nous avons ensuite trouvé trois témoins à décharge, l’un était un clown qui a expliqué que le rire était très important , le deuxième que l’on n’avait pas le droit de tuer des gens qui ne faisaient que des dessins dont certains faisaient des dessins pour enfants, le dernier a expliqué que s’il n’y avait plus de Liberté d’Expression, c’était la fin de la démocratie et le début de la dictature.

 

Le jury populaire était constitué des lutins, des louveteaux et de leurs responsables. Ceux-ci ont posé des questions aux témoins durant le procès. Les avocats avaient préparé leurs plaidoiries, l’une pour condamner la liberté d’expression, l’autre pour l’acquitter. Les avocats ont expliqué ensuite à l’équipe de responsables que leur rôle n’avait pas été facile à tenir. Le premier parce qu’il tenait un rôle de « méchant », le deuxième parce qu’il avait peur de ne pas être assez convaincant.

 

C’est à l’unanimité que notre jury a acquitté la Liberté d’Expression !

 

Le procès :

 

à charge…

en défense :

 

Les témoins :