gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

1974 : l’aboutissement de la Consultation et des Assises

 

L’Assemblée Générale de 1974, ses suites et ses propositions


L’Assemblée Générale, en deux parties (première à St Pierre des Corps, deuxième à Vincennes), a pour objectif de donner une suite aux propositions issues de la Consultation et des Assises proposées en 1972 par Pierre François et menées à bien par l’équipe nationale animée par Claire Mollet. Il est intéressant de parcourir l’essentiel de ses conclusions, qui définissent l’orientation du mouvement pour les années suivantes.


Parmi les thèmes retenus, certains posent des problèmes de fond nécessitant une réponse claire : engagement « politique », laïcité, sexualité, démocratie. Nous résumons ci-après les conclusions concernant engagement politique et démocratie :

 

« Politique » :

 

L’option retenue est claire :

« L’effort d’éducation des E.E.D.F. débouche sur la formation de militants engagés dans la cité ou la société, luttant contre tout asservissement de l’homme ou de la femme, conscients de leurs responsabilités sociales, économiques, politiques.

Le Mouvement a vocation à s’engager ou prendre position publiquement sur les problèmes de la jeunesse ou se rapportant à la jeunesse, les questions relatives à l’éducation en général, l’action culturelle et, plus simplement, chaque fois  qu’un des principes fondamentaux est remis en cause. (…) Les E.E.D.F. ont aussi vocation à s’engager ponctuellement avec des organisations politiques, philosophiques, syndicales ou autres, sur des problèmes précis. »

 

Il est à noter qu’un complément plus explicite n’est pas voté :

« (L’effort d’éducation) conduit à certains refus et à certains choix : refus du capitalisme, du totalitarisme, des ségrégations, des agressions »

 

Mais, surtout, rejet quasi total d’une option tout aussi explicite, en sens contraire :

«  La visée et la pratique éducatives de l’Association sont incompatibles avec des prises de position politiques en face d’événements extérieurs.

Elles ne permettent pas non plus de choisir un projet de société. Elles conduisent naturellement chacun à des prises de position individuelles (politiques, syndicales, spirituelles) sans que le Mouvement soit concerné par ces choix ».

 

Démocratie :

 

Une option refusant « de tomber dans une démagogie excessive » n’est pas retenue.

Après amendements, le texte suivant est voté :

«  Substitution aux relations hiérarchiques de relations égalitaires fondées :

-   sur l’acceptation de chacun tel qu’il est et tel qu’il veut être,

-   sur la solidarité,

-   sur le droit et le devoir pour chacun de participer à l’élaboration, à la gestion et à la réalisation des entreprises communautaires et du groupe lui-même,

-    sur la réciprocité des situations entre éducateurs et éduqués. »

Cette définition a des conséquences sur le fonctionnement concret du Mouvement (nomination et/ou élection des responsables à tous niveaux).