gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

1913 : le premier « vrai » numéro de « L’éclaireur de France »

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

… après une tentative en 1911

 

 

Sauf explication à venir, ce numéro précédent  – unique dans la collecte de Guy Wilmes à la B.N.F. – reste un mystère : la Fédération des Éclaireurs de France a été créée le 2 décembre 1911 alors que la date indiquée est le 10 octobre, période de naissance des Éclaireurs Français de Pierre de Coubertin. Le Comité de rédaction indiqué est bien celui animera, par la suite, les E.D.F.. Nous sommes preneurs d’explication sur cette découverte…


Le  vrai numéro 1 de « L’Éclaireur de France, Organe officiel de l’association des Éclaireurs de France, Boy-scouts français » paraît, à la même adresse, deux ans plus tard, dans une présentation qui durera quelques années. Il indiquera « la revue des Éclaireurs de France est née », oubliant apparemment la tentative de deux années plus tôt.


On y trouve un « programme », définissant le rôle de la revue comme bulletin officiel, mais aussi comme un instrument commun de travail, en dépassant le simple rôle habituel de ce genre de publication pour témoigner des valeurs du scoutisme naissant… Vaste programme effectivement, qui va se dérouler sur une quinzaine d’années jusqu’à la création du « Journal des Éclaireurs » en coopération avec les Éclaireurs Unionistes. Nous avons choisi de reproduire la page de couverture de la série découverte à la B.N.F. ainsi que quelques pages d’introduction et les comptes rendus d’Assemblées générale.


À noter au passage, dès 1919, le lien avec le ministère de l’Instruction Publique, aux deux niveaux concernés, l’enseignement primaire et l’université. La même année est publié un article sur les problèmes rencontrés en Bretagne avec le clergé – il nous a semblé intéressant de le traiter spécifiquement.


En 1919 également, un petit rappel apparemment utile concerne le code, la promesse et le « costume ». La même fiche sera publiée à nouveau en 1922, apparemment dans un but de recrutement (« Deviens Éclaireur ! ».