gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

Rechercher

Derniers articles parus

1911 - 1913 : les échanges entre Nicolas Benoît et André Chéradame

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
1911 - 1913 : les échanges entre Nicolas Benoît et André Chéradame
Premiers contacts
Partenaires
Devant l’urgence…
La rupture
La confrontation
La mise en place
La concrétisation
Toutes les pages

 

… les vrais débuts de l’organisation du scoutisme en France, avec quelques difficultés relationnelles… C’est en juillet qu’ont été proposés, toujours par Nicolas Benoît, les éléments principaux des (futurs) Éclaireurs de France : le nom sera « éclaireurs », la devise sera « Tout droit », l’insigne sera « un arc tendu ».

 

 

Notre ami Guy Wilmes a découvert, aux archives départementales du Calvados à Caen, un « fond Chéradame » composé d’un ensemble de lettres échangées avec Nicolas Benoît de 1911 à 1913. Ces documents, et, plus particulièrement, les lettres de Nicolas Benoît, permettent de mieux comprendre la période – en réalité très courte – au cours de laquelle a été conçue la future « société de boy scouts » à partir du rapport rédigé par Nicolas Benoît à l’issue de son séjour en Grande-Bretagne et de sa rencontre avec Baden-Powell. Cet ensemble semble se situer dans la période où Nicolas Benoît rédige son rapport au Ministère, Chéradame ayant porté quelques annotations sur le projet (présenté par ailleurs)


Ces lettres permettent de constater que, dès le départ, Nicolas Benoît a une idée très claire de ce qu’il souhaite mettre en place, idée qu’il souhaite faire partager à André Chéradame qui sera, par la suite, le premier président des Éclaireurs de France, après la rupture avec Pierre de Coubertin et la Ligue d’Éducation Nationale.

 

C’est en août, septembre et octobre 2011, après avoir défini dans sa totalité ce que devra être le nouveau Mouvement, que Nicolas Benoît constate que Pierre de Coubertin l’a évoqué en termes « inacceptables » et réclame… une « rétractation » dans une « lettre d’excuses »… « En cas de refus, le combat » – avec des témoins : « Dès que j’aurai votre réponse, je me mettrai en quête d’un deuxième témoin… »

 

Commencés en mars 2011, ces échanges se prolongent jusqu’à la fin de la même année qui verra la création des « Éclaireurs de France » et continuent les années suivantes.

 

Pour une meilleure lisibilité, nous avons souhaité articuler cette présentation de la manière suivante :

- 1911 : mars à mai : premier contacts

- 1911 : mai à juillet : les partenaires, y compris Pierre de Coubertin

- 1911 : juillet et août : le projet et les difficultés

- 1911 : septembre et octobre :  la rupture et l’indépendance

- 1911 : novembre : la confrontation

- 1912 : la mise en place et la concurrence

- 1913 : la concrétisation

Mais cette articulation est essentiellement un moyen d’alléger quelque peu la présentation de l’ensemble, elle n’apparaît pas formellement dans les documents.