gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

Les journaux en parlent !

 

Dans leurs éditions du 12 et du 13 juin, "Midi Libre" évoque le grand rassemblement de Carcassonne avec ses 2000 participants, "Presse Océan" celui de Nantes, le Républicain Lorrain le "vivre ensemble" laïque, "Nord Éclair" et "la Croix du Nord" celui de Lille...

* À Carcassonne :


2 000 “Éclés“ pour un centenaire

 

Midi Libre

12/06/2011, 06 h 00

 


Les éclaireurs dans les rues de la ville

(PHOTOS JULIEN FITTE)

 

Joyeux défilé des Jacobins jusqu’à la place Carnot, hier en début d’après-midi, pour près de 2 000 Éclaireurs et Éclaireuses de France - “Éclés” en un mot -, venus de tout le Sud de la France. Jusqu’à lundi, ceux-ci ont choisi Carcassonne pour fêter les 100 ans de ce mouvement laïc d’éducation populaire, pionnier du scoutisme en France.

A l’image du défilé haut en couleurs, mais aussi en chansons et en musique d’hier, ce rassemblement se veut ouvert à tous, prétexte à rencontrer la population. Ce sera le cas encore ce matin et demain, sur la plaine Mayrevieille, où les “Éclés” ont planté la tente et où, avec d’autres mouvements d’éducation populaire, comme les Francas ou les Cemea, ils animeront un village citoyen ouvert à tous.

 

 

 

 

Le centenaire du renouveau pour les “Éclés” à Carcassonne ?

 

Midi Libre

13/06/2011, 06 h 00


 

La plaine Mayrevieille, vitrine grandeur nature des valeurs des “Éclés”. (PHOTOS JULIEN FITTE)

 

Au-delà du centenaire des Éclaireurs et Éclaireuses de France, célébré dans la joie et la bonne humeur, deux jours durant en Bastide et sur la plaine Mayrevieille, le week-end de Pentecôte pourrait marquer la renaissance de ce mouvement de scoutisme laïc à Carcassonne, où il s’est éteint depuis quelques années.

 

"La grande parade en centre-ville, samedi après-midi, a été l’occasion de rencontrer des anciens, aujourd’hui parents, mais aussi beaucoup de jeunes, se félicite Philippe Ducrot, responsable régional du mouvement. On espère qu’ainsi, on va pouvoir enclencher la création d’une structure locale". Après le joyeux défilé de plus de 1 700 adhérents de tout âge venus de tout le Grand Sud, samedi après-midi dans les rues de la ville (Midi Libre d’hier), la journée dominicale avait pour cadre la plaine Mayrevieille, envahie par les tentes, où se tenait également le “village citoyen”, ouvert au public.

 

L’occasion d’accueillir tous les partenaires historiques des “Éclés” (Francas, fédération des œuvres laïques, Planning familial, Cemea, Licra…), engagés eux aussi, peu ou prou, dans une même démarche d’éducation populaire. Au programme, jeux de découverte, débats et animations, pour développer ce qui constitue le fondement du mouvement : "L’apprentissage des règles de la vie de groupe, basé sur la dynamique de projets", souligne Philippe Ducrot, dans une plaine Mayrevieille transformée en vitrine “grandeur nature”.

 

 

* À Nantes :

600 scouts défilent dans le centre-ville de Nantes cet après-midi

 

Presse Océan dimanche 12 juin

  •  

     

    600 scouts paradent ce dimanche dans les rues du centre-ville, à grand renfort de tambours et trompettes, chars et déguisements. Ils sont partis du Maillé-Brézé à 15 h pour rejoindre la place Royale et le cours Saint-André, où ils ont dressé un « village citoyen » pour défendre leurs valeurs : démocratie, coéducation, écocitoyenneté, solidarité. Les Éclaireurs de France fêtent, ce week-end à Nantes, leurs 100 ans. Ils ont installé leur campement sur l’hippodrome.

     

     

    * À Metz


    "Le républicain Lorrain"

    publié le 12/06/2011 à 05:00


    Vivre ensemble, un idéal laïque

    publié le 12/06/2011 à 05:00

     

    LAÏQUE : tjrs "QUE" qd c’est un adjectif, même masculin !!!


    Les Éclaireurs et Éclaireuses de France sont avant tout des scouts. Mais cette association place la laïcité en tête de ses valeurs, une originalité remarquable dans le monde des héritiers de Baden-Powell.


     

    « Dès l’origine, les Eclaireurs sont liés à l’école publique» , explique Denis Hawner, responsable national de la communication des EEDF.

    Photo Maury GOLINI

    «  Dès l’origine, les Eclaireurs sont liés à l’école publique» , explique Denis Hawner,  responsable national de la communication des EEDF. Photo Maury GOLINI

    Dans sa première acception, le terme « éclaireur » désigne un soldat chargé de préparer l’offensive de ses camarades. Pour le colonel Baden-Powell, militaire épris d’universalité, l’avant-garde devait plutôt être confiée à des « éclaireurs de paix ». Sans conteste, c’est cette définition que préfèrent les centaines de scouts rassemblés ce week-end à Metz, Lille, Carcassonne et Nantes pour célébrer le centenaire des EEDF, les Eclaireurs et Eclaireuses de France.

     

    Car, tout le monde ne le sait pas, les Eclaireurs sont d’abord des scouts, comme le prouve le foulard qu’ils portent autour du cou. Les EEDF sont même le deuxième mouvement français de scoutisme, derrière les Scouts et Guides de France, avec aux dernières nouvelles quelque 35 000 adhérents. Et historiquement, les Eclaireurs ont été les premiers scouts organisés en France, dès 1911, à l’initiative de Pierre de Coubertin et, surtout, de Nicolas Benoît, qui les ont portés sur les fonts baptismaux à la Sorbonne.

     

    Pionniers, donc, et originaux dans le paysage. Les Eclaireurs sont laïques, alors que la quasi-totalité des autres associations scoutes sont confessionnelles, depuis les catholiques jusqu’aux musulmans en passant par les juifs et les protestants. Une laïcité essentielle dans leur application de la doctrine de Baden-Powell : « Dès l’origine, les Eclaireurs sont liés à l’école publique », explique Denis Hawner, responsable national de la communication des EEDF. Leur idéal, comme celui de l’école laïque, consiste à faire vivre ensemble des jeunes de toutes sensibilités. »

    La démocratie dès 6 ans

     

    Pour autant, les Eclaireurs partagent l’ensemble du socle du mouvement scout, mouvement éducatif par excellence. « La coéducation, d’abord, explique Denis Hawner : les plus grands accompagnent les plus jeunes, filles et garçons s’éduquent en commun. L’entraide, l’écocitoyenneté, la protection de la nature… » Mais aussi, peut-être plus que dans d’autres mouvements, « l’apprentissage de la démocratie, dès l’âge de 6 ans ». « Chez nous, sourit Denis Hawner, la hiérarchie est peut-être un peu moins présente qu’ailleurs. »

    Les Eclaireurs, d’ailleurs, n’ont pas de « chefs », mais des « responsables ». Tout est dans la nuance !

     

    Dans le même temps, leur statut laïque ouvre aux EEDF des relations privilégiées avec l’Education nationale. Sans jouer aux profs, ils peuvent être invités à y intervenir sur des enjeux de société, le développement durable, la lutte contre le racisme, la formation d’éco-délégués. Il n’y a pas de hasard : bon nombre des responsables EEDF viennent du monde enseignant !

     

    Ces particularités n’ont pas préservé les Eclaireurs de la crise qui a secoué le monde des scouts au début de ce siècle, après le drame de Perros-Guirec. L’irresponsabilité d’un prêtre intégriste avait conduit à la mort quatre jeunes enrôlés dans un mouvement scout dépourvu de tout agrément. Les EEDF n’ont pas été protégés par leur statut laïque et ont vu fondre leurs effectifs, comme les autres associations. « Nous sommes revenus à une progression d’environ 2 % par an », se réjouit Denis Hawner.

     

    Bernard MAILLARD.

     

     

    * À Lille

     

    La Croix du Nord :