gototopgototop

AHSL

Association pour l'Histoire du Scoutisme Laïque

Notre histoire - Notre démarche et nos sources

Index de l'article
Notre histoire
Un survol d'évènements
Notre démarche et nos sources
Extrait de notre bibliothèque
Toutes les pages

Notre démarche et nos sources

 

Nous avons limité au strict minimum les commentaires ; nous avons privilégié les textes d’origine et les témoignages apportés par les « acteurs » qui ont vécu les événements qui jalonnent l’histoire de nos Mouvements. Nos sources sont donc :

  • en tout premier lieu, « Les Éclaireurs de France de 1911 à 1951 », de Pierre François et Pierre Kergomard,
  • ensuite, les plaquettes éditées par l’A.A.E.E. à la mémoire de René Duphil et Jean Estève,
  • et, bien entendu, nos collections de revues et d'ouvrages E.F., E.D.F. et F.F.E..

Il est à noter que, si l'ouvrage « Les Éclaireurs de France de 1911 à 1951 » n'a pas eu de prolongement jusqu'en 2011, les deux « plaquettes » éditées ensuite par les EEDF et l'AAEE en hommage à deux responsables importants du Mouvement, René Duphil et Jean Estève, permettent de se faire une idée assez complète de cette histoire sur quelques décennies :

 

René Duphil est entré aux E.D.F. à Auch en 1919 et y a franchi tous les « échelons » d'animation et de gestion jusque dans les années 70. Il a cotoyé tous les « grands » du Mouvement : Pierre Déjean dès les premières années, André Lefèvre qui l'a recruté pour l'échelon national, Pierre François, Gustave Monod, Louis François… Il a accompagné la réflexion vers la création d'associations ou d'activités de prolongement : CEMEA, Francs et Franches Camarades, Vacances d'adolescents (et même le Festival d'Avignon)… Après avoir souhaité être remplacé par Jean Estève au poste de Commissaire général en 1961, il a été partie prenante de la création du nouveau Mouvement des Éclaireuses et Éclaireurs de France et a gardé pendant quelques années la fonction de « secrétaire général » en charge des problèmes de finances et de gestion.

Jean Estève est entré aux E.D.F. à Orange en 1933 et y a pris rapidement des responsabilités d'animation et de formation. Créateur et animateur de « maquis-écoles » pendant la guerre, il a été déporté à Dachau. À son retour de déportation, il a pris dans le Mouvement la responsabilité nationale de la branche Éclaireur et a été un des artisans des « résolutions d'Angoulême ». Revenu à l'échelon national, à la demande de Louis François, pour prendre la responsabilité de Commissaire général en 1961 et succéder à René Duphil, il a été, avec Denise Joussot et Maïté Baillard, à l'origine du rapprochement qui a conduit à la création du « nouveau Mouvement ». Il a rejoint Pierre François pour l'aider à trouver une solution dans la période de crise qui a succédé à 1968.


Ces deux « parcours » permettent de connaître et de comprendre, à travers les faits qu'ils ont rapportés et les textes qu'ils ont écrit, l'histoire de notre scoutisme entre 1919 et 1974, et, en particulier, les réflexions et événements qui en ont accompagné l'évolution. Ils témoignent également de la continuité de cette évolution, depuis les Éclaireurs de France de 1911 jusqu'aux Éclaireuses & Éclaireurs de France de 1964. Cette continuité, qui est niée par certains « dissidents » à partir de préjugés, apparaît en permanence dans l'engagement de ces deux « militants » du scoutisme laïque. À consulter également les ouvrages concernant plus particulièrement la période de la guerre :

  • « Éclaireuses pendant la guerre », de Denise Joussot,
  • « Une jeunesse engagée » , édité par l’A.A.E.E.,
  • « Pierre Déjean, notre frère », édité par l'A.H.S.L..

Enfin, l'ouvrage « Cent ans de laïcité dans le scoutisme et l'éducation populaire » a été édité par notre association, en liaison avec les EEDF, à l'occasion du centenaire de la création du scoutisme en France.

Nous y avons ajouté, lorsque cela semblait nécessaire à la compréhension de l’évolution « générale », des informations sur d’autres Mouvements (scoutisme catholique, dissidents…).


(Les ouvrages indiqués sont toujours disponibles sur le site eedf.fr, rubrique « boutique ».)