2021 : les Astrales : de la F.F.E. à la poésie cinématographique

Dim31Jan202110:02

2021 : les Astrales : de la F.F.E. à la poésie cinématographique

 

Le parcours d’Agnès Varda

 

 

Le lien : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Agnes_Varda

 

Biographie

Enfance et adolescence

Agnès Varda est née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique) d’un père grec, Eugène Varda, et d’une mère française. Elle grandit à Ixelles, rue de l’Aurore, avec ses quatre frères et sœurs (Lucien et Hélène ses aînés, Jean et Sylvie ses cadets). À cause de la guerre, sa famille fuit la Belgique le 10 mai 1940 pour s’installer à Sète, où elle vit son adolescence, sur un bateau amarré à quai, qu’elle reconstituera le temps de quelques plans dans Les Plages d’Agnès.

Dans ce film autobiographique, elle affirme également avoir été prénommée Arlette en hommage à la ville d’Arles, où elle aurait été conçue. Elle a fait changer son prénom pour Agnès auprès d’un greffier à l’âge de 18 ans, en hommage aux origines grecques de son père.

Elle fut éclaireuse à la FFE de Sète, où des cheftaines ont fait passer en Suisse plusieurs petites filles juives.

À 18 ans, elle fugue pendant trois mois par volonté d’indépendance. Préparant longuement et méticuleusement son coup, elle affirme avoir fui en train jusqu’à Marseille puis en Corse, et avoir travaillé sur des bateaux de pêche. Pendant la guerre, sa famille fuit Sète pour Paris, où elle passe son baccalauréat.

Études de photographie

Après cette fugue, elle étudie la photographie à l’École des beaux-arts et l’histoire de l’art à l’École du Louvre. Elle est ensuite engagée comme photographe pour les Galeries Lafayette et la SNCF. En 1951, elle achète une petite maison délabrée, au 86 rue Daguerre dans le 14e arrondissement de Paris, que son père qualifie d’écurie. Elle y installe un studio de photographe et développe elle-même ses photos. Agnès Varda collabore entre autres avec les Galeries Lafayette, photographiant jusqu’à 400 enfants par jour, et la Société nationale des chemins de fer français pour des photographies promotionnelles.

Jean Vilar – dont elle connaît l’épouse, Andrée, depuis son adolescence sétoise – lui offre un emploi de photographe au Festival d’Avignon (à partir de 1948), puis au Théâtre national populaire, qu’il dirige alors. Elle y rencontre le comédien Antoine Bourseiller, avec qui elle entretiendra une relation. Le 28 mai 1958, Agnès Varda donne naissance à leur fille, Rosalie Varda, devenue costumière de cinéma. Antoine Bourseiller l’ayant quittée en apprenant sa grossesse, Agnès Varda éleva sa fille seule, puis avec Jacques Demy.

Débuts au cinéma

Durant l’été 1954, en s’inspirant de la structure des Palmiers sauvages de William Faulkner et avec l’aide d’une coopérative constituée pour l’occasion, elle tourne à Sète (Hérault) son premier long métrage de fiction, La Pointe Courte joué par Philippe Noiret et Silvia Monfort et monté par Alain Resnais. Ce film fera date. C’est un film « libre et pur », « miraculeux », écrira André Bazin. « Le premier son de cloche d’un immense carillon », prophétisera Jean de Baroncelli dans Le Monde.

Le film apporte un souffle de liberté dans le cinéma français, comme l’écrit la Revue belge du cinéma : « Tout le nouveau cinéma est en germe dans La Pointe courte — film d’amateur, tourné en 35 mm, avec des moyens de fortune, hors du circuit économique traditionnel. […] Chronique néoréaliste d’un village de pêcheurs et dialogue d’un couple qui fait le point. Toutes les caractéristiques de la jeune école du cinéma se trouvent réunies dans La Pointe courte et Alain Resnais, qui en fut le monteur, n’a jamais caché l’influence que ce film a eue sur lui. »

Elle rencontre le réalisateur Jacques Demy, son futur époux, au Festival de Tours en 1958. L’année suivante, Demy s’installe chez elle, rue Daguerre. Ils seront les parents de Mathieu Demy, né le 15 octobre 1972. Par ailleurs, Jacques Demy adoptera légalement Rosalie Varda. Dans Les Plages d’Agnès (2008), la réalisatrice révèle qu’elle a quatre petits-fils : Valentin, Augustin, Corentin (enfants de Rosalie) et Constantin, fils de Mathieu, qui aura plus tard une fille, Alice, de son union avec Joséphine Wister Faure.

Révélation

En 1962, elle réalise Cléo de 5 à 7, un film reconstituant deux heures de la vie de Cléo, une chanteuse jouée par Corinne Marchand. Le 21 juin 1961, Cléo erre dans Paris entre 17h et 19h. Se croyant mortellement malade, elle cherche le soutien de son entourage, en attendant ses résultats médicaux. Le film fut sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes et à la Mostra de Venise. Il gagna le prix Méliès et le prix Fipresci en 1963.

Elle réalise ensuite Les Créatures, puis Le Bonheur, son premier film en couleurs. Ses réalisations font d’elle, dans les années 1960, l’une des premières représentantes du jeune cinéma français. Aux côtés de la Nouvelle Vague, on parle plutôt, à son sujet, comme de Jacques Demy, de Chris Marker ou d’Alain Resnais, de cinéma de la « Rive gauche », afin de marquer une différence sociologique et politique.

Les États-Unis

Agnès Varda séjournera deux fois aux États-Unis. Entre 1968 et 1970, elle suit Jacques Demy à Los Angeles et y réalise un film hippie-hollywoodien, Lions Love, ainsi que plusieurs courts documentaires dont Black Panthers (documentaire) en 1968. Durant ce premier voyage, elle fait connaissance de Jim Morrison, chanteur du groupe The Doors ; ce dernier avait par ailleurs obtenu un diplôme en cinématographie à l’UCLA en 1965. Elle fut l’une des rares personnes à l’avoir vu mort chez lui et à avoir assisté à son enterrement au cimetière du Père-Lachaise. Elle rencontre également Harrison Ford, casté par Jacques Demy pour Model Shop mais refusé par des producteurs qui estimaient que le futur interprète d’Han Solo et d’Indiana Jones n’avait aucun avenir dans la profession.

Après être rentrée plusieurs années en France, elle retourne à Los Angeles entre 1979 et 1981, où elle tourne un documentaire très remarqué sur les peintures murales, Mur murs, et une fiction inspirée de sa vie à Venice, Documenteur, où elle fait jouer son fils Mathieu Demy.

Consécration et œuvres plus personnelles

En 1972, elle a pour ambition de réaliser un film sur les conditions des femmes intitulé Mon corps à moi, avec Delphine Seyrig dans le rôle principal. Ces féministes engagées ont toutes les deux signé le manifeste des 343 en 1971. Le film ne voit pas le jour mais son idée se concrétise dans L’une chante, l’autre pas, film féministe et optimiste, sorti en 1977. Elle y aborde la lutte pour le droit à l’avortement en relatant le combat de plusieurs femmes pour avoir des enfants désirés. Enceinte de son fils Mathieu, elle manifeste pour le droit à l’IVG en 1972, un an après avoir signé le manifeste des 343, et confie dans Les Plages d’Agnès qu’elle a prêté par deux fois sa maison pour des avortements clandestins.

En 1983, elle est membre du jury des longs métrages du 40e Festival de Venise.

En 1985, Sans toit ni loi, mettant en vedette Sandrine Bonnaire, lui vaut le Lion d’or à la Mostra de Venise 1985. C’est également son plus grand succès en salle.

En 1987, elle filme les états d’âme de Jane Birkin, qui, venant de franchir la barre des 40 ans, vit de douloureux moments professionnels ; Varda en fait deux films de fiction : Jane B. par Agnès V. et Kung-Fu Master, aussi connu sous le titre du Petit Amour.

Les années 1990 et la trilogie Jacques Demy

À la fin des années 1980, se sachant malade du sida, Jacques Demy rédige ses mémoires. Agnès Varda lui suggère d’en faire un film, ce à quoi Demy lui répond de s’en occuper elle-même. Elle écrit alors Jacquot de Nantes, une docu-fiction retraçant l’enfance de son époux, qui se déroule en trois temps simultanés : une reconstitution en noir et blanc de l’enfance de Jacquot, la réutilisation de scènes des films de Demy et plusieurs plans sur Jacques Demy, alors en fin de vie.

Le tournage s’est organisé de façon à permettre la présence de Jacques Demy, dont la santé s’affaiblit. Plusieurs membres de sa famille, dont son frère et sa mère, viennent également assister à certaines prises. Le dernier plan est tourné le 17 octobre 1990, dix jours avant le décès de Jacques Demy à son domicile, le 27 octobre 1990.

Après la mort de Jacques Demy, Agnès Varda lui rend hommage avec deux autres films, documentaires : Les demoiselles ont eu 25 ans et L’Univers de Jacques Demy. Avec sa société de productions Ciné-Tamaris, elle se lance également dans la restauration de l’intégralité des films de Jacques Demy et fait trier ses archives. Une décennie plus tard, elle supervise de loin leur sortie en DVD et coffrets.

En 1995, pour le centième anniversaire du cinéma, avec l’appui de nombreuses vedettes (parmi lesquels Michel Piccoli, Robert De Niro, Marcello Mastroianni, Julie Gayet, Catherine Deneuve ou encore Alain Delon), elle réalise Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma, une fantaisie faite de clins d’œil et de références au cinéma, mais qui est un échec commercial. Du propre aveu de la cinéaste, « le film a fait plouf ». Elle s’éloigne alors du cinéma pendant quelques années.

Retour en force dans les années 2000

Après avoir mis de côté le cinéma pendant quelques années, Agnès Varda revient en salle avec Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), inspirée par un homme mangeant du persil qu’il a glané dans les restes d’un marché. Elle y raconte l’histoire du glanage, des peintures de Jean-François Millet à ce qu’elle appelle « glanage de rue », revenant notamment sur la législation française à ce sujet.

C’est également, pour elle, l’occasion de capter les premières strates de sa vieillesse. Elle filme notamment ses cheveux grisonnants, qu’elle coiffe face caméra, et ses mains tachées, essayant de capturer les camions qui roulent sur l’autoroute.

Ce film est également motivé par la volonté de tester son dernier achat, une caméra numérique, qui lui permet de réaliser seule ce documentaire, à moindre frais, et d’être ainsi au plus près de ceux qu’elle filme. Elle adopte définitivement cette technique, et s’intéresse au montage de ses propres films (alors confié à des techniciens professionnels, comme Alain Resnais ou Sabine Mamou).

Le film est bien accueilli par les critiques et le public. Agnès Varda lui donne une suite deux ans plus tard, sous le titre Deux ans après, où elle retrouve plusieurs protagonistes des Glaneurs. Ceux-ci donnent alors de leurs nouvelles, ainsi que leur avis sur le film.

En 2004, elle réalise Ydessa, les ours, et etc, un court-métrage documentaire. En 2005, elle tourne La rue Daguerre en 2005, suite de Daguerréotypes 30 ans plus tard.

À l'approche de ses 80 ans, Agnès Varda ressent le besoin de réaliser quelque chose pour passer ce cap. Elle réalise donc Les Plages d’Agnès, son autobiographie filmée, où elle retrace sa propre vie, personnelle et artistique, à travers notamment celle des autres. Le titre est issu d’un constat, qu’elle fait dès l’ouverture du film : « Si on ouvrait les gens, on trouverait des paysages. Moi, si on m’ouvrait, on trouverait des plages. »

Le film est un grand succès, et sera récompensé du César du meilleur film documentaire en 2009.

En 2011, reprenant la lignée des Plages d’Agnès, elle réalise une série en six épisodes, Agnès de ci de là Varda, diffusée sur Arte. Elle y décrit ses voyages à travers le monde pour présenter ses films, et revient sur ses amis artistes (dont Chris Marker et Manoel de Oliveira).

En parallèle, elle réalise les multiples suppléments pour la sortie du DVD de collection Cléo de 5 à 7 et Daguerréotypes, et orchestre la restauration de ses films, qui sortent progressivement en DVD et coffrets.

Carrière de Visual Artist

En 2003, sur l’invitation de la Biennale de Venise, elle organise une installation autour de la pomme de terre : trois écrans géants diffusent des films de patates germées, et 700 kg de vraies pommes de terre sont disposés à leurs pieds. Pour attirer les visiteurs vers son travail, Agnès Varda se promène dans les allées, déguisée en « patate sonore » (un costume de pommes de terre où ont été installés plusieurs haut-parleurs, diffusant les différentes sortes de pomme de terre existantes). L’installation est saluée par la critique.

Ayant fait son entrée dans le domaine de l’art plastique à 75 ans, elle se définissait comme une « vieille cinéaste, jeune plasticienne ».

En 2006, elle est invitée à investir la Fondation Cartier pour l’art contemporain dans une exposition qu’elle intitule L’Île et Elle, autour de l’île de Noirmoutier. L’exposition se compose du Passage du Gois (qui se compose notamment d’une barrière, qui ne s’ouvre qu’aux heures de la marée, et d’un rideau de plastique que le visiteur traverse), La Grande Carte Postale, Souvenirs de Noirmoutier, Le Tombeau de Zgougou (un film projeté au sol, sur du sable, qui présente la tombe de sa chatte Zgougou, recouverte de coquillages) et Ping Pong Tong et Camping (qui rend hommage aux objets en plastique que l’on utilise sur une plage, et à leurs couleurs). Elle y installe également sa première Cabane, à partir du film Les Créatures (film). Le film ayant été un échec commercial, elle surnomme cette cabane Ma cabane de l’échec. L’installation Les Veuves de Noirmoutier est également exposée, pour la seconde fois (la première étant en 2005).

En 2007, en hommage à Jean Vilar, elle expose ses photos du festival d’Avignon à la Chapelle Saint-Charles, dont certaines en très grand format.

En 2014, le LACMA lui laisse carte blanche pour une installation, intitulée Agnès Varda in Californialand.

En 2018, elle installe sa troisième cabane, La Serre du Bonheur, à la galerie Galerie Nathalie Obadia. La cabane est cette fois constituée de la pellicule complète du film Le Bonheur (film, 1965), de planches de bois et de faux tournesols. Sont également exposés un agrandissement de 27 photogrammes du film, la maquette de la cabane (faite en pellicule Super-8) et une arche, composée de boîtes de fer ayant servi pour entreposer les films d’Agnès Varda et de Jacques Demy.

Sa dernière exposition a lieu au domaine Chaumont, où elle expose trois œuvres : la Serre du Bonheur (2018), Trois pièces sur cour et L’arbre de Nini (2019). Le vernissage a lieu le 30 mars 2019, soit quelques heures après l’annonce de sa mort.

Reconnaissance de la profession

En 2005, elle est membre du jury des longs métrages au festival de Cannes 2005 et la Cinémathèque québécoise lui rend hommage avec une rétrospective filmographique et une exposition photographique.

Le 2 février 2009, elle reçoit un prix Henri-Langlois d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, à l’occasion des Rencontres internationales du cinéma de patrimoine et de films restaurés de Vincennes.

Lors du Festival de Cannes 2013, elle est présidente du jury de la Caméra d’or.

Elle a reçu le Léopard d’honneur lors du 67e Festival international du film de Locarno.

En 2015, la palme d’honneur du festival de Cannes lui est décernée. Elle la reçoit comme un prix de « résistance et d’endurance », dit-elle dans son discours.

En 2016, le musée d’Ixelles (commune de sa naissance) organise une exposition en son honneur.

En novembre 2017, elle obtient un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, remis par Angelina Jolie.

Dernières œuvres

Juste après Cannes, un projet avec le photographe JR soulève la polémique. Leur projet au titre évocateur AV et JR deux artistes en goguette engendre incompréhension et critiques acerbes. Le projet, porté par des artistes reconnus, fait appel à la générosité publique par le biais de la plateforme de financement participatif KissKissBankBank — type de financement habituellement réservé au lancement de nouveaux artistes. Les médias qualifient le projet et sa démarche, au mieux de candides et maladroits, au pire de condescendants et démagogiques. Le projet débouche finalement sur le long-métrage documentaire Visages, villages, qui reçoit L’Œil d'or (prix du documentaire) au festival de Cannes 2017 puis rencontre un accueil favorable à la fois critique et public lors de sa sortie au début de l’été de la même année. Le film est également nommé pour le César du meilleur film documentaire, ainsi que l’Oscar du meilleur documentaire, en 2018.

Le 18 mars 2019, Arte diffuse son dernier long-métrage, Varda par Agnès, divisé en deux films d’une heure chacun. À partir des masterclass (qu’elle préfère appeler « causeries ») qu’elle a données ces dernières années, notamment au festival Premiers Plans à Angers, la cinéaste revient en détail sur sa filmographie et apporte un témoignage sur chacun de ses films.

Maladie et mort

Elle meurt chez elle, rue Daguerre à Paris, à l’âge de 90 ans, dans la nuit du 28 au 29 mars 2019, des suites d’un cancer. De nombreuses personnalités, françaises et internationales, réagissent à son décès en saluant son travail, comme Ava Duvernay ou Martin Scorsese. Le 2 avril, à 11 heures, un hommage public lui est rendu à la Cinémathèque française (qui avait organisé une rétrospective complète de ses films deux mois auparavant) en présence de sa famille et de ses proches, parmi lesquels de nombreuses personnalités dont Catherine Deneuve, Sandrine Bonnaire (qui incarnait Mona dans Sans toit ni loi), Dany Boon (qui a participé à la production de Varda par Agnès), JR (avec qui elle avait co-réalisé Visages, villages). Près de 650 personnes y assistent.

Elle est inhumée le même jour au cimetière du Montparnasse (14e arrondissement de Paris), auprès de son époux Jacques Demy. Ses obsèques ont également lieu en présence de ses proches, famille et amis, et de plusieurs centaines d’anonymes.

 

  

Imprimer