1951 : une chanson pour le quarantième anniversaire du Mouvement

Sam04Avr202007:47

1951 : une chanson pour le quarantième anniversaire du Mouvement

Cadeau de William Lemit aux Éclaireurs de France

 

Quand les scouts sont apparus

Cette chanson, créée pour le 40e anniversaire du scoutisme, en rappelle les principaux attributs : les sorties, les camps dans la nature, les chants, les tenues… pour terminer sur un constat !

Quand les scouts sont apparus
Dans le vaste monde
Quel étonnement ce fut,
Partout à la ronde.
Il n’était grand ni petit
Qui de voir ne fut surpris
Qu’ils partaient (ter)
Tous les dimanches
Sur la route blanche.

Les premiers qui ont campé
Eurent du courage
On voulut les enfermer
Pour un tel outrage.
Tout le monde se disait
Pour coucher dans la forêt
Qu’ils avaient (ter)
La chose est nette
Bien perdu la tête…

On leur a fort reproché, 
Non sans vraisemblance, 
D’avoir souvent écorché 
Des oreilles tendres. 
On dit qu’ils troublaient parfois 
Le silence des grands bois, 
Qu’ils chantaient (ter) 
Avec délice 
Des refrains stupides.

Ce qui fit beaucoup crier
Les gens les plus sages,
Comme des sauvages,
Que leur nœud autour du cou
N’était pas d’un fort bon goût
Qu’ils montraient (ter)
Sans nulle honte
Leurs genoux au monde.

Aujourd’hui c’est différent

Que le monde change

Hommes, femmes et enfants,

Tous montrent leurs jambes.

Plus moyen d’aller camper,

Tous les coins sont occupés,

Il faudrait (ter)

Partir aux îles

Pour être tranquilles.

Si nous sommes très flattés

D’avoir fait école,
Tout pourtant n’a pas changé
Malgré cette mode.
Car on pense malgré tout,
Que nous sommes un peu fous,
Si c’est vrai (ter)
C’est bien dommage
Pour ceux qui sont sages !

Imprimer