1954 - 1956 : les débuts de l’EROM, équipe de relations avec l’Outre-Mer

Mer10Sep201408:34

1954 - 1956 : les débuts de l’EROM, équipe de relations avec l’Outre-Mer

Index de l'article

 

… émanation de la branche aînée en coopération avec les CEMEA en Afrique

 

Bernard DUMONT a mis à notre disposition ses archives de l’EROM de 1954 à 1968.

 

Elle s’articulent en :

-   des échanges de correspondance concernant essentiellement la préparation des caravanes ou des stages de formation des animateurs, en France ou localement,

-   des convocations et des comptes rendus de réunions de préparation, au plan national France ou au plan régional  (Paris) mais également pour chaque pays concerné (Algérie, Côte d’Ivoire, Guinée, Fouta-Djalon, Madagascar, Mali, Niger, Sénégal, Soudan…)

-   des bulletins d’information spécifiques EROM, numéros spéciaux des B.I. des E.D.F.,

-   des programmes et des comptes rendus de caravanes,

-   des listes de participants et d’animateurs,

-   des rapports par groupes de travail : colonies de vacances, économie, éducation populaire, enfance inadaptée, enseignement, montagne,

-   des programmes de conférences sur les problèmes africains,

-   des annuaires locaux,

-   et aussi un « carnet de stagiaire » de 1960, rendant compte d’un stage animé par Henri Laborde et Maurice Rouchy (donc dans un cadre CEMEA ?)

 

À l’origine, il est question de « Équipe Route Outre-Mer » mais cette dénomination devient rapidement « Équipe de Relations avec l’Outre-Mer » – mêmes initiales. L’ensemble des activités met en évidence une coopération continue avec les CEMEA et les associations nationales de scoutisme. Au cours des dernières années, apparaît l’existence d’un « Camp Africain de Formation » installé à …..  qui semble être un prolongement de l’action de l’EROM au service des entités africaines.

 

Le « dépouillement » de ces documents, effectué par une petite équipe réunie dans les Cévennes début septembre, a permis de proposer ci-après, année par année, un résumé de l’ensemble de ces actions. Merci à Claude et Michel Francès et à Mireille Sarran, membres de notre association et de l'A.A.E.E.,  qui ont mené à bien cette tâche, et à Bernard Dumont qui a rédigé le texte présenté en page suivante.


N'ayant absolument pas la prétention de l’exhaustivité et nous accueillerons bien volontiers toutes les rectifications et tous les compléments qui nous seront proposés.

Imprimer