2022.08 : Notre participation à l'Université d'été à Bécours : 04. L’Union Internationale des associations de scoutisme Pluralistes et Laïques (U.I.P.L.)

Mer05Oct202208:56

2022.08 : Notre participation à l'Université d'été à Bécours : 04. L’Union Internationale des associations de scoutisme Pluralistes et Laïques (U.I.P.L.)

Un scoutisme  laïque… : L’Union Internationale des associations de scoutisme Pluralistes et Laïques (Alain Bordessoulles)

 

0 Logo

 

Dans les archives du Mouvement, l’Union apparaît, avec cette dénomination Union Internationale des associations Scoutes-Guides Pluralistes/Laïques) et ce sigle (UIPL), à partir de 1994. Mais cette création "officielle" a été précédée par un ensemble d'évènements. Ces documents montrent que depuis de nombreuses années, une réflexion était menée par un certain nombre d’associations sur une définition d’un scoutisme « pluraliste » ou « laïque ». 

Mais avant de parler de l'UIPL, il nous faut faire un petit retour sur notre histoire dans le scoutisme mondial.

 

Scoutisme et laïcité

Dans une note, rédigée en 1990 est présentée par les E.E.D.F. sous le titre « Scoutisme et laïcité », un texte très complet aborde, tout au long de 27 pages, l'évolution de la notion du "devoir envers Dieu".

1 Scoutisme et laïcité2

1924 : lors de la 4ème Conférence Internationale est adopté par 29 pays dont la France un texte du congrès sur les principes du scoutisme : "Le Mouvement des Éclaireurs ne veut pas affaiblir, mais au contraire veut renforcer les croyances".

Il faut rappeler que dès sa création, les Éclaireurs de France, association fondatrice, acquiert la possibilité d'une promesse qui ne fasse pas systématiquement référence à Dieu. C'est ce qu'on appelle la promesse alternative.

Lors de la Conférence de Cambridge en 1957, le congrès met comme premier principe fondamental du scoutisme :"le devoir envers dieu".

2 Devoir envers dieu12 Devoir envers dieu2

Ce principe d'ailleurs est rappelé en 1961 mais avec une précision quant à la promesse : "le Devoir envers Dieu ou la religion est fondamental dans la philosophie et les intentions du Mouvement. Pour les associations scoutes qui le désirent, la Promesse doit pouvoir être formulée de telle sorte qu'elle tienne compte du fait que parmi ses membres existent des croyants en un Dieu personnel et aussi d’autres qui reconnaissent une réalité spirituelle".

 

1973 Un rappel des principes du mouvement scout avec "l'acceptation et l'adhésion à l'esprit de la Promesse et de la Loi scoute"

 

1975 "La conférence mondiale demande au Comité mondial de constituer un groupe de travail aussi représentatif que possible des diverses sociétés et cultures existant parmi les membres de l'Organisation mondiale" afin de faire des propositions relatives entre autres, au devoir envers dieu.

 

1977 Le devoir envers Dieu est redéfini ainsi : "l'adhésion a des principes spirituels, la fidélité à la religion qui les exprime et l'acceptation des devoirs qui en découlent" .

Dans ce document toujours, Les EEDF soulignent :

- l'anomalie qu'il y a entre cette affirmation et les confirmations successives sur "le devoir envers dieu", et la reconnaissance, dès 1918, de l’association des E.D.F. qui, dès sa création fin 1911, n’avaient pas conservé l’obligation de l’allusion à Dieu dans la formulation de la promesse,

- après de longs débats, l’impossibilité, pour les E.D.F. et les associations qui avaient fait le même choix, d’obtenir de l’O.M.M.S. en 1977 une modification du texte de base "l’adhésion à des principes spirituels, la fidélité à la religion qui les exprime" dans le sens " l’adhésion à des principes spirituels ou religieux"

Pour les EEDF nait la nécessité de rencontres sur ce sujet, comme celle réunie en mars à Bruxelles par quatre associations « fondatrices » (Escoltes Catalans d’Espagne, CNGEEI (cuerpo nacional de scouts y guías) d'Italie, FNEL du Luxembourg, FEE de Belgique (SGP aujourd'hui) et les EEDF).

 

Rencontres informelles

Depuis quelques années déjà, des rencontres informelles existaient entre les associations laïques et pluralistes. A partir de 1980, l'organisation des "Journées Pluralistes" ou laïques par les différentes associations a permis une meilleure connaissance réciproque, et la constitution peu à peu, d'une communauté de vues. Est né la "Coordination des mouvements laïques et pluralistes d'Europe" Notons :

 

1981 - Rhismes en Belgique ou la thématique de ces journées est axée sur "la formation de l’esprit et les implications de celui-ci dans les diverses activités des associations laïques ou pluralistes".

3 1.Rhismes

 

 

1982 – San Fedele en Italie : Des journées ou l’on travaille sur "la notion d’engagement, qu’il soit personnel ou du mouvement".

 

3 2 San fedele

 

1983 - Barcelone en Espagne avec deux groupes distincts, un groupe anglophone et un francophone qui vont plancher sur le sujet "des unités protestantes engagées et la compatibilité avec une association pluraliste". À la suite des réactions des divers participants à la situation du spirituel dans les diverses associations pluralistes, se dessine une proposition de grande activité commune sous la forme d'un premier camp international.

 

3 3 Barcelone

Il ressort des rencontres des années 80 un principe de base :

"à moyen terme, le regroupement vise à réaffirmer au sein des institutions mondiales et européennes sa sensibilité pluraliste et laïque qui fut, dès les origines, présente dans la construction du mouvement".

Cette synthèse alimentera le travail lors des journées Européennes qui suivront et on voit aussi apparaitre la volonté de transformer ce regroupement en un mouvement.

 

1989 – à Paris

Lors des journées Européennes des associations pluralistes et laïques du scoutisme et du guidisme à Paris est présenté un texte commun qui tente de définir le pluralisme.

"Un choix de valeurs, une approche originale, une référence, l’homme, être soi-même".

 

4 1989 Paris

 

On retrouve dans le document "Scoutisme et laïcité" le besoin d’une évolution de la réflexion sur les textes de base pour permettre une plus grande ouverture du scoutisme, la reconnaissance des pays de l'Est optant pour une promesse alternative et enfin la notion de religion et de dieu qui pour les pays d'Extrême-Orient "revêt une réalité fort différente".

Il est à noter dans ces pages que coté OMMS on ne se soit pas chaud pour aborder le sujet qui exprime "une extrême réticence à rouvrir ce dossier", il serait "explosif" selon elle.

On note aussi "que I' AMGE (Association du Mouvement Guides et Eclaireuses) a une interprétation plus souple des textes et à tenu à l'exprimer lors de la discussion à Genève les 3 et 4 février 90 pour l'adhésion des mouvements des Pays de l'Est".

A la lecture de ces pages, on sent qu'Il y a la volonté de porter une parole unie et de préparer un projet de résolution pour faire entendre la voix des associations pluralistes et laïques au sujet du devoir envers Dieu.

 

5 EEDF1990

 

6 1990 Soulignent

 

Pour le premier souhait, il va se concrétiser dès l'année suivante, cependant, le fait qu'encore aujourd'hui le texte de 77 soit en vigueur tendrait à confirmer que ce ne sont resté que des vœux…(la dernière réécriture datant de 2007).

 

1991 – Un chargé de mission

La "Coordination des pluralistes" se donne des moyens. En septembre 91, les EEDF nomme le premier chargé de mission (François Daubin).

Sa mission : "Mettre en place une coordination des mouvements pluralistes et laïques au sein du scoutisme, permettant à ces mouvements de réfléchir ensemble au problème de la spiritualité laïque et pluraliste, de l'environnement, du nationalisme et des minorités, du développement, et de proposer des programmes d'actions communs".

"Cette coordination doit rassembler le plus largement possible les mouvements du Nord, du Sud, de l'Est et de l'Ouest".

Cet élargissement doit faire passer la coordination d'européenne à mondiale.

 

1991 – Eurocamp 91

Le rapport sur les "journées de travail" de Gènes en 1991 de la Coordination pluraliste fait état outre de la situation financière avec un rappel sur les cotisation, du bilan mitigé de l'Eurocamp de 91.

Des jeunes satisfaits, un encadrement déçu.

En guise de conclusion on peut lire : "Déception des E.C. et du C.N.G.E.l. par rapport à l'engagement collectif de ce que devait être le camp". "Ne plus passer un an, un an et demi à préparer un Eurocamp qui ne donne pas satisfaction parce que tous trop éloignés du lieu de déroulement.", "Ne plus improviser".

 

1991 – Gènes en Italie

Octobre 91 aux Rencontres de Gène : dans son intervention, François Daubin pour la coordination dit en introduction : "Les Anglo-saxons sont organisés, Les mouvements catholiques sont organisés, dans l'Europe de demain que deviendront les Pluralistes non organisés".

 

7 1 Gènes

 

Il souligne : que "Le scoutisme renaît à l'Est, mais que la religion reprend officiellement de l'importance. Il ne faudrait pas que seuls les mouvements catholiques ressuscitent. Les mouvements pluralistes renaissent avec le soutien du Bureau Mondial". Il rappelle aussi qu'il y a d'autres pluralistes à l'Ouest".

Il conclut par "Nous devons penser à l' avenir  de notre pluralisme, nous devons le contrôler, lui donner une dimension de respectabilité européenne, une identité européenne".

Il propose ensuite le projet de texte "Belge dit MARTYR" (pas encore Charte) et demande que "Chaque Association doive débattre du texte de référence proposé".

 

1992 – Venise en Italie

En mars 92 à Venise, 30 participants appartenant à 25 Associations de 17 pays se sont réunis au centre Casa Cardina Piazza à Venise, en Italie, pour parler de la dimension spirituelle.

 

7 2 Venise

 

Après deux jours d'échanges, on peut lire dans la lettre des participants : "Nous pensons que le séminaire a soulevé plus de questions que de réponses et nous pensons que certaines de ces questions devraient être examinées plus en détail par les Associations des guides et des éclaireurs d'Europe".

Il en ressort tout de même 5 propositions telles que : "examiner plus en détail par les Association des guides et des éclaireurs d'Europe La "nouvelle" Europe, La "valeur personnelle" des jeunes, les Communautés à croyances multiples, le Symbolisme et la Dimension spirituelle.

 

1992 - Bruxelles en Belgique

Au-delà des discussions autour des candidatures pour l'OMMS et l'AMGE et l'avis favorable sur leur rapprochement, on parle de l'avenir du pluralisme en Europe.

8 Bruxelles

 

Les associations présentes assurent avoir avancé sur : la charte, les objectifs à court et long terme, la mise en place de la coordination avec les pays fondateurs (une coordination adaptée aux objectifs) et avoir deux ou trois propositions concrètes pour répondre à la question qui s'était posée à Genève, du coût d'un poste de permanent.

La coordination se définit, confirme la réalisation de la charte, présente un budget. Sont confirmés : une structure, une organisation et des moyens. Le poste de chargé de mission est maintenu, mais doit trouver d'autres partenaires financiers.

 

9 1992.07 Coord

 

1994 – AG de Munsbach au Luxembourg

La coordination des associations laïques et pluralistes d'Europe devient l'UIPL. L'UIPL en défini les objectifs et le but du mouvement.

 

10 1994 Munsbach statuts

 

La Charte Fondatrice rappelle son appartenance au scoutisme mondial ainsi qu'aux buts, principes et méthodes du scoutisme et précise par la "Dimension spirituelle" sa spécificité. La Charte explique ainsi la création de l'Union.

L'Union Internationale des associations scouts-guides pluralistes/laïque (UIPL en français, UIPS en anglais) est née. Son siège sera à Bruxelles. En préambule des statuts la Charte en définit le but et objectifs. Ces documents sont paraphés par EC (Catalans), EEDF (France), FNEL (Luxembourg), FOS (Belgique néerlandaise) et SGP (Belgique). La présidente en sera Rosa Maria Pujol I Galobart (Trésorière de la COFRASL) Le vice-président est Roland Daval (DG COFRASL).

 

1994 – Refus de l'OMMS

Suite à la demande faite de l'UIPL d'avoir un statut consultatif, un courrier de Jacques M